1.

Comment etre surs que vous etes un chretien

Le jeune homme à côté de moi remercia Dieu d’être entré dans sa vie, puis achève sa prière. Mais comme nous étions debout sur nos pieds, il semblait être dérangé par  quelque chose. « Ce n’est probablement pas important » dit-il quand je le lui demandai «  Bon ! C’est simplement que, d’une certaine façon, je pensais que je me sentirais diff érent, mais ce n’est pas le cas. Peut-être que Dieu n’a pas écouté ma prière… »  Puis il posa une question que l’on entend souvent, « Comment puis-je être sur que je suis un Chrétien ? 

C’est une question qui se pose dans le cœur des gens partout dans le monde, dans tous les domaines de la vie. C’est une question qui trouble même les pasteurs et qui concernent les ouvriers laïcs. La question exige une réponse.

—Un pasteur, un ministre fidèle depuis plus de 40 ans a admis qu’il n’était pas sûr de son propre salut, bien qu’il ait conduit d’innombrables personnes à Christ.
—La femme d’un évangéliste dévoué était assise dans mon bureau et pleurant : « Mon mari et moi avions conduit des milliers de personnes à Christ au cours des 30 années de notre ministère » dit- elle « Mais je n’ai jamais été sûre de mon propre salut » Elle tordit le mouchoir qui était dans ses mains « Je n’avais jamais avoué ceci  à qui que ce soit auparavant, mais je suis désespéré ! Il me faut savoir que je suis sauvée » .

Il m’est venu à l’esprit que vous,  autant que les personnes sincères, pourriez être hantés par des questions au sujet de Dieu. Vous pourriez vous demander, Puis-je vraiment connaître Dieu ?  Peut-être que vous avez été élevés avec une exposition aux enseignements de Jésus, et vous vous êtes familiarisés avec Ses affirmations et Son amour depuis votre tendre enfance. Vous avez peut-être  cru en Dieu  et en Son Fils depuis des années, pourtant vous avez des peines. Êtes-vous convaincus que vous passerez l’éternité avec Lui si vous devriez mourir aujourd’hui ? 

Ou peut-être avez vous reçu le Christ il y a seulement quelques moment et que vous n’êtes toujours pas sûrs que « quelque chose s’est  produite ». Votre vie semble être la même qu’avant, et vous avez de sérieux doutes au sujet de la réalité  de votre décision de faire confiance à Christ. Vous vous surprenez à douter de la réalité du salut.

Il est aussi possible que vous soyez au sein d’un groupe important de personnes. Vous pourriez désirez ardemment d’être certain que vous passerez votre éternité avec Lui. Vous pourriez avoir besoin de la confiance que peut apporter l’assurance de votre salut. 

Les personnes qui réussissent dans les affaires, les ouvriers Chrétiens, les étudiants, les pilliers de l’église, nous avons tous le droit à une assurance de notre salut.  Pourquoi cette incertitude effrayante existe-t-elle parmi tant de personnes qui veulent en toute sincérité connaître Dieu, et même parmi ceux qui l'ont cherché et servi pendant des années?

En partie  majeure , l’erreur se trouve dans le fait que l’on soit mal  enraciné ou que l’on ait mal compris Qui Dieu est. La confusion dans les cœurs sincères tourne souvent autour  de la vraie signification de la crucifixion et de la résurrection  de Christ et ce qui est requis pour recevoir Jésus Christ comme Sauveur.

Si l’un de ces doutes ressemble au votre, le moment que vous passez à lire le reste de ce chapitre pourrait être le meilleur investissement de temps que vous n’auriez jamais fait. Accompagnez-moi une fois pour toute à travers les étapes vers l’assurance.

Premièrement, comprenez que devenir un Chrétien veut dire que nous acceptons le don d’amour de Dieu à travers Son Fils Jésus Christ. C’est le plus grand cadeau qui ait jamais été offert à l’homme et il est gratuit pour quiconque l’accepte. Il a le pouvoir de transformer des vies. Il porte en Lui la promesse de l’éternité avec Dieu. C’est une relation personnel avec Jésus-Christ, le Fils de Dieu Lui-même.

Cet engagement n’est pas différent de la décision de se marrier. Bien que l’amour d’un jeune couple soit indiscutablement rempli d’une vive émotion, la décision de se marier est un processus à trois étapes qui fait intervenir l’intellect, l’émotion et la volonté.

Souvent l’amour entre deux personnes vient vite et aisement. Mais l’intellect intervient au moment où ils commencent par entretenir des pensées au sujet du mariage. Ils doivent essayer de décider si la personne qu’ils ont aimée est un « bon choix » pour un partenaire de vie. Ils doivent prendre beaucoup de décisions non basées sur les émotions et la décision finale –laisser  les autres et s’attacher l’un à l’autre —est faite comme  un acte de volonté. Il témoigne de cette décision quand ils disent « Je le veux » et deviennent mari et femme.

Devenir un Chrétien est une décision, un choix qui implique notre intellect, nos émotions et notre volonté. Bien que valable, ce n’est pas suffisant  de croire en Christ de façon intellectuelle, encore moins d’avoir une  expérience émotionnelle, peu importe combien cela puisse paraitre transformateur de vie.

Devenir Chrétien est un acte de volonté, une  décision très claire de recevoir  Christ  dans nos vies comme Seigneur et Sauveur.

Compréhension Intellectuelle

Être certain quant à votre décision de devenir Chrétien exige une compréhension claire de ce que ce choix implique. Cela demande une compréhension intellectuelle de la promesse de Dieu et et de Qui Il est  Ce n’est pas un « bond de foi aveugle»  comme certains lui collent cette étiquette. Au contraire, le Christianisme est édifié sur des faits historiques, documenté par des siècles d’investigation des érudits connus dans le monde entier. En conséquence, nous avons plus de preuves historiques pour documenter les évènements de Jésus de Nazareth que nous n’avons pour prouver la défaite de Napoléon à Waterloo.

L’Historien et auteur  Kenneth Scott Latourette, directeur du département de la religion à l’école supérieur de l’Université de Yale, a dit, en parlant de Jésus Christ. « Mesurée par ses fruits au sein de la race humaine, cette courte vie a été la plus influente qui ait jamais été sur cette planète.  Comme nous nous sommes évertués à le montrer, l’empreinte de cette vie loin de s’effacer avec les siècles qui passent, est devenu plus perceptible.  Grâce à Lui des millions d’individus ont été transformés et ont commencé à vivre le genre de vie dont Il est l’exemple. Attesté par les conséquences qui ont suivi , la naissance, la mort et la résurrection de Jésus ont été les évènements les plus importants dans l’histoire de l’homme. Mesuré par Son influence, Jésus est au centre de l’histoire de l’humanité. »

 L’érudit Britannique, W.H. Griffin Thomas, a dit : «  Le témoignage à cette  présente œuvre n’est pas moins réel aujourd’hui qu’il ne l’a été dans le passé. Dans le cas de tous les autres grands noms de l’histoire du monde, l’expérience inévitable et invariable a été que le précédent homme  est premièrement une puissance, le seul nom, et le dernier à devenir un souvenir lointain. De Jésus l’exact opposé est vrai. Il est mort sur une croix infâme. Son nom est devenu progressivement de plus en plus puissant, et Il est la plus grande influence dans le monde aujourd’hui.

George Romanes, un Physicien Britannique dit “ A tout point de vue, il est digne de considérer ( sauf l’ignorance flagrante et une vulgarité naîve) que la révolution apportée par le Christianisme dans la vie humaine est inestimable et sans inégalée par n’importe quel autre mouvement dans l’histoire.

Des centaines d’années avant la naissance de Jésus, L’Ecriture a rapporté les paroles des grands prophètes d’Israël qui prédisait Sa venue. L’Ancien Testament, écrit par plusieurs individus sur une période de 1500 ans, contient  plus de 300 références au sujet de Sa Venue.  Le Nouveau Testament rapporte les paroles de Jésus Lui-même, s’affirmant Dieu. « Moi et le Père nous sommes un », Il a dit « Celui qui m’a vu a vu le Père » (Jean10:30; 14:9).

Pour devenir un Chrétien, il est nécessaire de faire face aux affirmations  du Sauveur, les peser intellectuellement, et choisir d’accepter que les preuves  pointe vers  : Jésus est Dieu. Il est mort  volontairement pour vos péchés et les miens. : Il a été enseveli , et est ressuscité trois jours plus tard. Il est vivant  maintenant  et veut entrer dans votre vie et être votre Seigneur et Sauveur. Le choix vous revient. Vous devez décider de ce  que vous ferez des affirmations de Christ.

Implication des Emotions

L’implication des émotions fait partie du fait d’être Chrétien. Les émotions ne sont rien d’autre que les sentiments ou réactions à un acte, un évènement ou une expérience qui se produit dans nos vies. Mais nous comprenons souvent mal ou interprétons mal les sentiments et finissons par être frustré et confus Pour plusieurs personnes. L’élément émotionel du Christianisme a causé une grande confusion en ce qui concerne l’assurance du salut.

La qualité émotionnelle de la vie d’un autre Chrétien ne correspond pas avec la notre.  Nous sommes beaucoup plus souvent coupable de comparaisons. Ils tendent à nous laisser dans le doute quant à la profondeur de notre salut  et la sincérité de notre engagement. La vérité est qu’aucun pair de personnes ne se ressemble l’un l’autre et l’on ne peut donc s’attendre à ce qu’ils répondent aux expériences de leur foi de la même manière. L’un peut répondre à son expérience Chrétienne d’une manièrement extrêmement émotionnelle et visible, tandis que l’autre peut répondre bien aussi profondément à la même expérience, mais s’en occuper au fond de lui-même, calmement, en privée. Une réponse est-elle « mieux » que l’autre ? Est-il possible de juger ? Cela est-il même nécessaire ? 

Les écritures rapportent des expériences transformatrices de vies qui se sont produites dans la vie de personnes réelles. Un passage (Actes 9:1-19)  révèle le caractère riche en couleurs de l’homme qui est appelé Paul, un homme fougueux au caractère explosif  qui s’est activement lancé dans une cause en laquelle il croyait. Quand Dieu a confronté Paul, il était au milieu d’une campagne pour éliminer tous les Chrétiens qu’il pouvait trouver. La voie de Dieu envers Paul était atténuée pour ses propres besoins émotionnels. Dieu a parlé à voix audible, en utilisant des circonstances dramatiques pour maintenir toute l’attention de Paul. Il l’a saisi entièrement et l’a retenu fermement jusqu’à ce qu’il avait entendu dans son cœur ce que Dieu lui disait. Paul a répondu au message, mais il est demeuré le même émotionnellement. Il était toujours zélé et enthousiaste dans ses interventions, mais Dieu lui avait donné une nouvelle direction. Au lieu d’utiliser ses énergies pour détruire l’église de Christ, il répandait l’évangile avec conviction.

De l’autre côté, Timothée a rencontré un homme ferme, calme, fidèle  défenseur de la cause de Christ. Il avait été élevé par une mère et une grand-mère Chrétiennes, et sa foi s’était formée plus tôt, et  s’est développée graduellement à son âge d’homme. Il n’a  entendu aucun commandement du ciel. Il n’était pas nécessaire pour lui d’expérimenter ce que Paul a fait afin d’entendre la voix de Dieu. Il semble que Dieu parle à Timothée par des chuchotements, et son tendre cœur manque rarement ce que Dieu dirige vers lui.

La vie de Paul et celle de Timothée étaient beaucoup utilisées pour répandre les semences du Christianisme jusqu’aux confins du monde et ils ont démontré clairement le fait que Dieu ne nous parle pas tous de la même manière. Il communique avec chacun d’entre nous suivant des manières qui sont adaptées à nos besoins spécifiques, pour intégrer nos forces et  armer nos faiblesses. Rechercher une expérience émotionnelle ou en condamner son manque dans la vie des autres, ou juger un frère ou une sœur en Christ « trop émotionnelle » ou « trop réservé», n’a aucune place dans la vie d’un Chrétien engagé pour une croissance spirituelle..

Les émotions sont une partie légitime de la vie Chrétienne, mais   elles ont  instables, elles changent  souvent comme la météorologie. Nous avons besoin de baser notre foi sur plus que des émotions. Cela ne peut être notre seul point de référence. L’assurance de notre salut est basée sur ces trois choses :

  1. La fidélité de Dieu
  2. La confirmation de l’Esprit Saint.
  3. La preuve d’une vie transformée.

En premier, nous devons baser notre salut sur le témoignage  externe de la Parole de Dieu. C’est l’autorité de cette Parole de Dieu même qui constitue un fondement solide pour notre foi en Lui. Pour ceux d’entre nous qui croyons, les promesses de Dieu y sont contenues. (Jean 1:12).

“ Si nous recevons le témoignage des hommes, le témoignage de Dieu est plus grand ; car le témoignage de Dieu consiste en ce qu’il a rendu témoignage à son Fils.  Celui qui croit au Fils de Dieu a ce témoignage en lui-même ; celui qui ne croit pas Dieu le fait menteur, puisqu’il ne croit pas au témoignage que Dieu a rendu à son Fils.

Et voici ce témoignage, c’est que Dieu nous a donné la vie éternelle, et que cette vie est dans son Fils.

Celui qui a le Fils a la vie ; celui qui n’a pas le Fils de Dieu n’a pas la vie.  Je vous ai écrit ces choses, afin que vous sachiez que vous avez la vie éternelle, vous qui croyez au nom du Fils de Dieu. (I Jean 5:9-13, LSG). Il y a de l’assurance dans la Parole de Dieu.

Deuxièmement, il y a  le témoignage interne de l’Esprit Saint. Paul a écrit aux Romains, « L’Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. (Romains8:16, LSG). C’était un point aussi important qu’il y a mis encore l’accent quand il écrivait aux Chrétiens de Thessalonique. « Notre Evangile ne vous ayant pas été prêché en paroles seulement, mais avec puissance, avec l’Esprit Saint, et avec une pleine persuasion » (1Thessalonicien 1:5a ». Il y a de l’assurance à cause du Saint Esprit..

La troisième preuve que nous avons expérimenté la nouvelle naissance et sommes devenus des enfants de Dieu se trouvent dans la preuve des vies transformées –les nôtres et celles des autres Chrétiens qui sont autour de nous. Dans la lettre de Paul aux Chrétiens de Thessalonique, il ajoute «car vous n’ignorez pas que nous nous sommes montrés ainsi parmi vous, à cause de vous.

Et vous-mêmes, vous avez été mes imitateurs et ceux du Seigneur, en recevant la parole au milieu de beaucoup de tribulations, avec la joie du Saint Esprit,  en sorte que vous êtes devenus un modèle pour tous les croyants de la Macédoine et de l’Achaïe. Non seulement, en effet, la parole du Seigneur a retenti de chez vous dans la Macédoine et dans l’Achaïe, mais votre foi en Dieu s’est fait connaître en tout lieu, de telle manière que nous n’avons pas besoin d’en parler.  (1 Thessalonicien 1:5b-8).

Plus tard Paul écrit aux Chrétiens de  Colosse disant “ « Il est au milieu de vous, et dans le monde entier ; il porte des fruits, et il va grandissant, comme c’est aussi le cas parmi vous, depuis le jour où vous avez entendu et connu la grâce de Dieu conformément à la vérité » (Colossiens1:6,).  «  Et comment  pouvons nous être sûrs que nous Lui appartenons ? demande l’apôtre Jean puis il répond : « En voyant  au fond de nous  mêmes : est-ce que nous nous efforçons de faire ce qu’Il veut que nous fassions ? Quelqu’un pourrait dire « Je suis un Chrétien, je suis en chemin pour le ciel,  J’appartiens à Christ » Mais s’il ne fait pas ce que Christ lui demande, c’est un menteur. Mais ceux qui font ce que Christ leur dit apprendrons à aimer Dieu de plus en plus. C’est de cette manière que vous saurez si vous êtes un Chrétien ou non. Celui qui dit qu’il demeure en lui doit marcher aussi comme il a marché lui-même. (1Jean2:3-6, LSG l’italique vient de nous).

Le désir sincère qu’il y a en nous d’obéir à Dieu et de vivre comme Christ a fait est une confirmation que nous sommes nés de nouveau.  Avec le temps,  nos vies changeront  pour manifester aux autres la nouvelle vie qui est en nous. Jésus a dit « Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole, et mon Père l’aimera ; nous viendrons à lui, et nous ferons notre demeure chez lui. Celui qui ne m’aime pas ne garde point mes paroles. Et la parole que vous entendez  n’est pas de moi, mais du Père qui m’a envoyé » (Jean 14:23-24, LSG).Si un désir intense de plaire au Seigneur Jésus Christ est absent dans  dans nos vies, nous avons une raison de douter de l’authenticité de notre salut. Il y a de l’assurance dans une vie transformée.

Nous avons vu que l’émotion est une partie légitime et importante de la vie, y compris leurs rôles dans l’expérience Chrétienne. Mais l’assurance de notre foi  requiert plus que simplement  « se sentir sauvé ». Nous devons nous baser sur le témoignage externe de la Parole de Dieu, et nous devons  être conscients du témoignage interne de notre salut à travers l’Esprit Saint qui habite en nous.  Ajouté s aux changements que nous verrons dans nos propres vies  et dans la vie des autres, nous avons toutes les preuves  dont  nous avons besoin pour la réalité de notre salut.

Implication de la volonté

A présent, nous arrivons sur le sujet de la volonté. C’est souvent la volonté qui éloigne une personne d’une relation tant désirée avec Christ.

Il y a quelques temps, j’ai visité l’un des séminaires les plus prestigieux de notre nation où un ami à moi qui arrivait à la fin de son doctorat. Nous étions en chemin pour rencontrer un de ses professeurs préférés, un théologien bien connu et respecté qui a consacré des années de sa vie à former des milliers de jeune gens pour le ministère. « C’est un homme bien » a dit mon ami. «   Il est chaleureux et je l’apprécie, mais il ne croit pas  en la divinité  de Christ et que la Bible est la Parole de Dieu » Il me regarda et sourit « J’espère que tu pourras lui dire quelque chose pour qu’il change d’avis.»

Presque avant que nous n’achevons nos salutations, le professeur demanda, « Vous avez parlé aux étudiants de l’université au cours de vos voyages, n’est-ce pas Mr Bright ?

Je hochai la tête.

 « Qu’avez-vous  dit à ceux qui voulaient devenir Chrétiens ? »

J’ai hésité, mesurant ce que je devrais dire à cet homme brillant. Etait-ce un argument académique qu’il recherchait ? La curiosité peut-être?  Avant que je ne répondis, il parla à nouveau. « Permettez que je sois plus honnête avec vous » : dit-il « Je veux devenir un Chrétien. Pouvez-vous me dire comment ? » Après toutes ces années passées à douter, à enseigner les jeunes hommes et femmes contre la divinité de Christ et l’inspiration de L’Ecriture, je me suis demandé ce qui lui a fait changé d’avis. 

 «  Cela a été une lutte pour moi de laisser à Dieu le droit de controler ma vie. Je sais que c’est de l’orgueil » dit-il tout bas. « J’ai assez bien réussi dans mon domaine. J’ai reçu des distinctions ardemment désirées et j’ai trouvé que j’aime être considéré comme une autorité  dans le monde académique. La pensée de renoncer à cela et de m’humilier devant Dieu a été désagréable pour moi » 

Il s’appuya contre le bord de son bureau et regarda au loin à travers la fenêtre. «  Pendant des années, j’ai refusé à l’Ecriture sa place légitime en tant que Parole inspirée de Dieu, et j’ai enseigné tant de personnes à faire la même chose. Mais récemment, j’ai commencé à lire la Bible avec une nouvelle compréhension. Et j’ai également lu plusieurs œuvres des Pères de l’Eglise, des hommes que Dieu a énormément utilisés, tels que John Wesley  et St. Augustin.  Je suis intellectuellement convaincu que Jésus est réellement le Fils de Dieu, mais je ne le connais pas comme mon Sauveur. Pouvez-vous m’aider à changer cela ? »

Ce jour-là, cet homme de renommée internationale a changé la direction de sa vie. Il avait su que ceci était la réponse qu’il avait recherchée, mais à cause de sa volonté  —son désir d’être toujours au contrôle de sa vie –il a tenu Dieu à l’écart.

Bien que le professeur ait été en proie à l’orgueil, d’autres qui ont fait une décision intellectuelle au sujet de Dieu et qui L’ont reconnu comme celui qu’il  s’affirmait être, peut remettre à plus tard le fait de l’accepter comme  Sauveur parce qu’ils craignent les conséquences. Certains sont convaincus que s’ils confient leurs vies à Jésus, ils seront aussitôt condamnés à une vie monotone et de misère.

J’ai échangé avec un jeune homme pendant plusieurs heures sur un grand campus universitaire du Middle West. Il était sûr que Dieu entendait l’ennuyer à mort. 

«  Je suis un athée » : dit-il avec arrogance «  et une bête confirmée des soirées.  Je fais ma vie que cela me plaît. Si vous pensez que je vais laisser tomber tout ça pour trainer sur le campus ressemblant  à la fin du monde vous ferez mieux d’y repenser. Les Chrétiens sont des personnes dont les gens de ma catégorie se moquent. Il n’ont rien que  je puisse envier » .

Mais plusieurs amis Chrétiens fidèles de sa fraternité continuent de prier pour son salut, et en moins de quelques semaines ce même jeune homme qui était tant rempli de lui-même, a invité Christ dans  sa vie. « Je suppose que j’ai  toujours su que Jésus était le Fils de Dieu, mais j’ai lutté contre Lui, j’avais si peur qu’Il me condamnerait à une vie de misère, et j’aime passer de bons moments. C’était ce verset de Matthieu 16 :26 qui a fait que  j’ai commencé à  m’inquiéter, à l’endroit où il dit «  Et que servirait-il à un homme de gagner tout le monde, s’il perdait son âme ?

“Puis un après-midi, pour une certaine  raison,  j’ai pris ma Bible et je suis tombé sur Jean 10:10, où Jésus a dit « moi, je suis venu afin que les brebis aient la vie, et qu’elles soient dans l’abondance ». Quand j’ai commencé à examiner ma vie  et à demander  si c’était ce que j’appellerais « abondante », je devais admettre qu’elle était vide. Jésus a effectué une telle incroyable différence. Je suis à peine capable de le formuler en des mots. Mais c’est formidable ! »

C’est seulement en faisant confiance à Dieu pour nos vies que nous découvrons  combien Il  ajoute à la vie. Mais l’homme continue d’avoir peur qu’Il enlèvera les choses qu’ils aiment. Un brillant entraîneur d’une équipe de pro ball a fait une confidence un matin au cours d’un petit-déjeuner qu’il était chrétien depuis des années, mais qu’il s’est toujours gardé de confier sa vie professionnelle à Dieu. «  Je savais seulement que, si jamais je le remettais à Dieu » dit-il, « Il l’arracherait. J’avais peur qu’Il voudra que j’aille plutôt dans le ministère. Mais j’aime ce que je fais. C’est ma vie. »  « Sa réputation disait long sur lui en tant qu’un homme de grands compétence et caractère professionnel. C’était facile de constater son amour pour ses joueurs et pour le jeu. Comme il s’asseyait à côté de moi remuant son café, une expression calme glissa sur son visage austère « Vous savez » dit-il enfin « Quand j’ai finalement remit tout à Dieu, je me suis rendu compte qu’Il me voulait dans la carrière d’entraîneur. Une partie des raisons pour lesquelles j’aime le jeu est à cause de la compétence et de l’aptitude que Dieu m’a donnée pour faire. Je le servais au lieu même où je me trouve. Mais je n’avais jamais vraiment compris jusqu’à ce que je ne désire de tout abandonner ».

La volonté humaine est une dimension puissante de notre aptitude à croire en notre salut. Elle peut nous empêcher de faire entièrement confiance à Dieu, elle peut créer des doutes sans fondements, elle peut inventer des raisons pour que nous tolérons le péché dans nos vies, sachant que ce que nous faisons suscite de la peine dans le cœur de Dieu.

Quand nous tolérons le péché dans nos vies, il n’est pas inhabituel que nous commencions à douter de la pertinence de notre salut.  Jusqu'à ce que nos cœurs ne désirent admettre que c’est un péché et ne désirent s’occuper de notre désobéissance, nous nous trouvons souvent  en train de former des arguments contre la croyance en Dieu. Cela peut paraître « plus aisé » que la confession de nos péchés devant Lui, mais seulement pour un temps.

A d’autres instants, notre volonté de croire entièrement en notre salut est entravée parce que nous avons été trompés par Satan. Quand un Chrétien tolère le péché volontaire dans sa vie, il devient convaincu que Dieu ne le pardonnera jamais pour ce qu’il a fait. C’est une tour subtile du maître de la tromperie lui-même., mais à moins que le croyant qui s’est éloigné ne décide de retourner à Dieu et accepter Son pardon, il pourrait se condamner à une vie de crainte, étant inquiet au sujet de son salut, ayant peur qu’il sera toujours séparé de Dieu à cause des choix qu’il a faits.

Et Ainsi, nous voyons que Dieu ne tient jamais Ses enfants à l’écart. C’est une tour de Satan. Dieu étend l’assurance de Son salut sur tous Ses enfants, en tout temps, sans aucune exception. Si nous ne sommes pas sûrs du terrain sur lequel nous nous tenons, nous devons faire l’inventaire de notre intellect, de nos émotions, et de notre volonté.

Pour être rassuré  de notre position en Christ, nous devons être  intellectuellement conscients  des vérités fondamentales :

  1. Dieu vous aime et a un plan merveilleux pour votre vie.
  2. L’homme est pécheur et est séparé de Dieu : pour cela, il ne peut pas connaître ni joiur de l’amour et du plan de Dieu pour lui.
  3. Jésus Christ est la seule solution de Dieu pour le péché de l’homme. Grâce à Lui, vous  pouvez connaître et jouir de l’amour et du plan de Dieu pour votre vie.
  4. Vous devez décider  de recevoir Jésus-Christ  comme  Sauveur et  Seigneur  de  votre vie : ce n’est qu’en ce moment que vous connaîtrez et que vous jouirez de l’amour et du plan de Dieu pour vous.

Christ a promis, « Voici, je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui, je souperai avec lui, et lui avec moi. » (Apocalypse 3:20).  Dans l’Evangile de Jean, nous lisons « Mais à tous ceux qui l’ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu » (Jean1:12).

Pourtant, ce n’est pas  simplement suffisant de croire. Nous devons avoir la foi,  acceptant que Sa  promesse entre dans nos vies quel que soit ce que nous  pourrions ressentir. Ephésiens 2 : 8, 9  nous rappelle  que « Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu.  Ce n’est point par les œuvres, afin que personne ne se glorifie. »

Une fois que nous avons invité Jésus dans nos vies, il n’est plus nécessaire de l’inviter à nouveau. Nous devons maintenant croire qu’Il est entré comme Il a promis. Et Il a dit qu’Il ne laissera ni n’abandonnera Ses enfants.

La foi est un muscle qui devient fort seulement quand nous l’exerçons. C’est la différence entre penser  que nous sommes sauvés et le savoir !  Le choix vous revient.

Application

  1. Qu’avez-vous aimé le plus (qu’est-ce qui a retenu votre attention)?
  2. Pourquoi?
  3. A qui devrais-je transmettre cette information ?
Remarques: (cliquez à l'extérieur de la case pour enregistrer)

Adapté de Les Messages Transmissibles par Bill Bright. © Cru. Tous droits réservés

Version 1.05